Actualités

Accueil > Médias > Pagayer ensemble contre la maladie

Pagayer ensemble contre la maladie

Les dragon Ladies et leur barreur posent avec les officiels. De G à D : Jean Guy Lecouteux, maire de Belbeuf, Stéphanie Bachelet, déléguée générale de la Fondation Transdev, Emmanuel Girard, secrétaire général de la FFCK, et Tristan Guillemard, Transdev, directeur du Pôle Régional Normandie.

Le 29 juin 2017, la Fondation Transdev était à Belbeuf (Seine-Maritime) où l’association "Unies pour Elles" inaugurait son nouveau bateau.

Témoignant d’une évolution en profondeur des rapports entre malades, médecins et pouvoirs publics, les associations de patients se sont multipliées ces dernières décennies : on en dénombre aujourd’hui près de 2 700 en France, contre une petite centaine dans les années 1960. Ces associations dont l’action repose sur les dons et le bénévolat se sont battues pour faire entendre la parole des personnes atteintes de maladies chroniques ou de longue durée, et améliorer les conditions de leur prise en charge. Au-delà des aspects purement médicaux, elles apportent au quotidien une aide psychologique, pratique, sociale et juridique aux patients et à leurs familles. Par leur travail d’information et de proposition, elles contribuent également à faire avancer les politiques de santé.

« Etre actif, c’est une façon de prévenir la maladie »

Ainsi, le mouvement associatif n’a pas attendu que les pouvoirs publics s’intéressent au sujet pour faire la démonstration, sur le terrain, des bienfaits médicaux d’une activité physique régulière. Etre actif, c’est une façon de prévenir la maladie. Lorsque celle-ci est déclarée, c’est un moyen de la combattre et de réduire les risques de complications ou de récidive. Porté par les associations et le corps médical, relayé par des acteurs politiques et notamment par Valérie Fourneyron, Ministre des Sports de 2012 à 2014, le principe du « sport sur ordonnance » est désormais inscrit dans la loi*. Depuis le 1er mars 2017, les médecins peuvent prescrire une activité physique adaptée (APA) aux 10 à 11 millions de Français souffrant d’une affection de longue durée.

Les Dragon Ladies : une belle aventure humaine

Le nouveau bateau sur la Seine.
Le nouveau dragon boat d’Unies pour elles

Les femmes de l’association rouennaise Unies pour elles illustrent ces dynamiques de la plus belle des manières. Leur point commun ? Toutes sont atteintes ou ont été atteintes par un cancer du sein. Depuis 2011, elles se retrouvent chaque semaine pour pagayer ensemble sur une embarcation d’origine chinoise – le Dragon Boat – qu’une vingtaine de rameuses propulsent au rythme d’un tambour. Les Dragon Ladies de Rouen ont été parmi les pionnières en Europe d’un mouvement lancé en 1996 sur l’initiative d’un médecin canadien, le Dr McKenzie. Si le pagayage est une activité physique particulièrement bien adaptée à la pathologie du cancer du sein, c’est aussi le ressort d’une belle aventure humaine pour ces femmes qui se transmettent mutuellement force et énergie face aux épreuves et aux milles difficultés d’une vie bouleversée par la maladie. L’association Unies pour Elles avait besoin d’acquérir un deuxième bateau afin de développer leurs possibilités d’entraînements et de sorties.

C’est chose faite depuis le 29 juin dernier, grâce au soutien financier de la Fondation Transdev. Grâce à L’Instant Solidaire en ligne, partagez le moment d’intense émotion et d’espoir qu’a été l’inauguration de ce nouveau Dragon Boat sur la base nautique de Belbeuf !

*Loi Santé de janvier 2016

11

millons de Français

souffrent d'une affection de longue durée

2700

associations

de patients en France

11

K€

subvention de la Fondation