Actualités

Accueil > Médias > Remettre à flot ses rêves avec l’association Fée de L’Aulne

Remettre à flot ses rêves avec l'association Fée de L'Aulne

"Voguez jeunesse", projet de l'association Fée de l'Aulne, fée des îles. Un groupe de familles bénéficaires du Secours Populaire du Gulivinec, participe à une sortie en mer à bord de la gabare Fée de l'aulne. Traversée de la rade de Brest.

La mer appartient à tous ! Et pour le prouver, l'association Fée de l'Aulne a embarqué dans son bateau près de 1000 personnes en situation d'exclusion ou de fragilité. Le temps d'une journée inoubliable, le temps de remettre des rêves à flot...

Voir le projet >

Tous les bretons le savent : elfes, fées et korrigans veillent sur les arbres, les rochers, les sources et les rivières et acceptent – parfois – d’aider les hommes… Comment l’Aulne, fleuve côtier qui prend sa source dans les mystérieux Monts d’Arrée pour se jeter dans la rade de Brest n’aurait-il pas sa bonne fée ? Celle-ci a pris la forme d’une « gabare » traditionnelle, navire à faible tirant d’eau, capable de naviguer en mer comme en rivière pour livrer sable et matériaux de construction. Construite en 1958, la « Fée de l’Aulne » fut le dernier caboteur breton en bois et à voile. En 2000, juste avant d’être désarmée, elle ravitaillait les îles de Sein, Ouessant et Molène.

« À la découverte d’eux-mêmes… »

"Voguez jeunesse", projet de l'association Fée de l'Aulne, fée des îles. Un groupe de familles bénéficaires du Secours Populaire du Gulivinec, participe à une sortie en mer à bord de la gabare Fée de l'aulne. L'équipage.

L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais la bonne fée veillait au grain… Quelques passionnés la rachètent, créent une association et obtiennent son classement comme monument historique. Restaurée, elle va reprendre du service mais, cette fois, pour transporter des rêves… « Les vieux bateaux exercent une fascination particulière, qui permet de se projeter rapidement vers d’autres univers, d’autres réalités, d’autres possibles, explique Tristan Botcazou, à l’origine du projet. Les valeurs de respect, de courage et de solidarité s’y imposent d’elles-mêmes. Nous avons voulu en faire un outil de lutte contre l’exclusion en embarquant des familles à faible revenu, des jeunes des quartiers sensibles et des personnes en situation de handicap. Le temps d’une journée en mer, ils partent à la découverte de notre patrimoine naturel et historique et, surtout, à la découverte d’eux-mêmes… »

« À gauche, c’est New York ? »

« En plus d’un changement d’air salutaire, les sorties en mer ont une vertu pédagogique particulière pour nos pensionnaires, en situation de handicap mental, poursuit Arnaud Marrec, aide médico-psychologique au foyer d’hébergement de l’ESAT* de Pougastel. Ils réalisent qu’il y a des règles partout, même sur un bateau. Ils voient aussi que, sans elles, on ne peut pas avancer. Nous nous appuyons beaucoup sur cet exemple quand, ensuite, il faut le leur rappeler. Sur la Fée de l’Aulne, nous avons pu quitter la rade et filer vers le large. Habitués à vivre en milieu protégé, ils ont ressenti de nouvelles sensations, de nouvelles émotions. J’entends encore l’un d’eux me dire, tenant la barre : « alors là, si je tourne à gauche, on arrive à New York ? » »

Des projets plein la cale

En 2017, grâce à l’aide de plusieurs mécènes dont la Fondation Transdev, la Fée de l’Aulne a pu renouveler ses équipements de sécurité et faire à nouveau le bonheur de près de 1000 marins d’un jour. L’association a aussi posé les jalons d’un nouveau projet, en choisissant un nouveau port d’attache : Port-Launay. Situé au fond de la rade, au débouché du canal de Nantes à Brest, il lui permet d’envisager la création d’un centre d’hébergement dans l’ancienne auberge du port, avec de nouvelles activités : cyclotourisme, équitation ou kayak. Les marins ont toujours plus d’un rêve dans leur cale…
* Établissement de Services et d’Aide par le Travail

Le Guilvinec est un port de pêche et la plupart de nos familles comprennent d’anciens marins. Mais leurs faibles moyens ne leur permettent pas toujours de s’offrir des sorties en mer. Elles se retrouvent, en quelques sortes, déracinées dans leur propre pays. En mer, elles se « retrouvent ». L’année dernière, nous sommes allés à une vingtaine jusqu’à Port-Launay sur la Fée de l’Aulne. L’année d’avant, sur un autre navire, nous avions navigué jusqu’à l’île de Sein. L’un de nos passagers, très ému, y avait fait sa première escale en tant que mousse, il y a bien longtemps…
Bertrand Tournereau, responsable culturel du Secours Populaire du Guilvinec (29).

Avec ma mère, nous sommes allés jusqu’à Port-Launay sur la Fée de l’Aulne. Nous n’avons pas souvent l’occasion de sortir en mer alors, quand l’occasion se présente, il faut en profiter. C’était une journée formidable. Les côtes, ici, sont magnifiques, et le capitaine du bateau nous a donné de nombreuses explications sur les sites rencontrés. Nous avons pique-niqué à bord, dans la grande cale. J’ai aussi aidé à tirer la voile. Si le Secours Populaire nous propose d’y retourner, c’est oui tout de suite !
Sandy Pouchin, participante d’une sortie.

500

jeunes

des quartiers prioritaires du Finistère ont embarqué sur la Fée de l'Aulne en 2017

300

personnes

parents et enfants, accompagnés par le Secours populaire

200

personnes

en situation de handicap

Pour aller plus loin

Plus de photos